Comment réussir votre séance chez le psy

0
91
Young woman in a conversation with the psychologist

Je voudrais dans cet article vous convaincre qu’aller chez le psy est peut-être la meilleure chose qui vous reste à faire si vous vous trouvez en difficulté dans votre vie et que vous souffrez.

Les psychanalystes sont la 8eme merveille du monde. (D’ailleurs si vous commencez à suivre ce blog, vous verrez qu’à mon sens il y a beaucoup de « 8eme merveille du monde » dans la vie …)

Et pour que vous ne vous jetiez pas sans filet dans cette aventure intérieure, je vais vous livrer à la fin de cet article mon secret pour réussir votre séance chez le psy à coup sûr (vous allez être surpris).

Je suis passé par la case psy …

Lors de mes études en classes préparatoires scientifiques, la pression des concours d’entrée aux écoles d’ingénieurs a révélé chez moi des angoisses. Avant je les sentais bien, mais elles étaient sans conséquence, bien refoulées au fond de ma tête.

Par contre là, je me suis retrouvé paralysé à 1 mois des concours, lors de ma 1ere année de « mathématiques spéciales ». Plus moyen de travailler, de me concentrer, rien. Le bug.

Là, il faut faire vite pour ne pas perdre son année, et ne pas s’embarrasser de considérations du type : « Roh mais quand même, je ne vais pas aller voir un psy, ce n’est pas pour moi ».

Donc j’y suis allé.

Cela m’a débloqué, et aidé à passer mes concours.

Ceci dit les résultats cette année là n’ont pas été très brillants. Alors j’ai recommencé mon année scolaire, comme beaucoup d’étudiants en mathématiques spéciales d’ailleurs. Avec toujours ma botte secrète, mes séances chez le psy.

Et une fois mes concours réussis, mon école d’ingénieur intégrée, j’ai continué à aller chez le psy.

Pourquoi ?

Parce que j’ai découvert à mon sujet des choses incroyables, insoupçonnées, mais qui ouvraient des portes formidables dans ma vie. Peu à peu, je changeais de vie.

Imaginez …

Imaginez que vous naissiez aveugle.

Toute votre enfance et votre adolescence, vous ne voyez rien. Vous ne voyez pas les paysages qui vous entourent, vous ne voyez pas vos parents, ni vos amis. Vous ne voyez pas l’expression du visage de ceux qui vous parlent, ni les voitures qui vous coupent la route.

Imaginez que vous viviez dans un monde où rien n’est fait pour les aveugles, et où personne n’est vraiment sensibilisé à cette problématique.

Imaginez qu’ainsi, vous soyez considéré comme un être humain normal, moins la vue. Et que personne ne vous tende la main.

Imaginez qu’on vous demande de vivre de la même façon que les voyants, mais sans vous « montrer » comment faire. Sans vous « montrer » ce que vous ne pouvez pas voir.

Imaginez combien, dans un tel contexte, une partie du monde qui vous entoure vous échapperait. Son fonctionnement profond, ses secrets vous resteraient inconnus. Vous essayeriez de faire, mais vous ne maitriseriez rien. Alors que les autres, si.

Et imaginez qu’un jour, aussi incroyable qu’incompréhensible, vous vous réveillez un matin et … vous voyez.

Vous voyez les autres. Ce qu’ils font, et surtout, comment ils font.

Toute votre vie prend un sens. Vous comprenez pourquoi vous ne parveniez par à faire ce qu’on vous demandait auparavant, et pourquoi les autres, si. Vous prenez votre place parmi ceux qui vous entourent, et on vous accepte, parce que vous savez vous y prendre. Vous avez vu, et vous avez compris.

Et bien aller chez le psy, ça fait ça !

Mais encore faut-il y aller … Or il se peut que certaines croyances fausses provoquent chez vous quelques réticences. Regardons cela ensemble /

Laquelle de ces 7 croyances fausses à propos de la psychanalyse vous retient ?

Croyance n°  1 : « L’inconscient, ça n’existe pas »

D’après vous, pourquoi perdez-vous vos clés de voiture au moment de partir pour un rendez-vous qui vous ennuie ? Pourquoi dites-vous « bonjour » au lieu de « au revoir » au moment de quitter la charmante demoiselle qui vous a fait passer votre entretien d’embauche ?  Ou pourquoi  arrivez-vous toujours en retard au travail ?

Nier l’inconscient de nos jours, c’est prendre la place des détracteurs de Galilée lorsqu’il affirmait que la terre tourne autour du soleil.

« Et pourtant, elle tourne … »

Croyance n° 2 : « Vous n’en avez pas besoin »

Si vous souffrez ou si, plus simplement, vous avez le sentiment de patauger dans votre vie sans savoir pourquoi, vous en avez besoin.

C’est aussi simple que cela.

Toutes les objections que vous pouvez émettre à l’encontre de cela sont toutes valables, et toutes bidons en même temps !

Croyance n° 3 : « Vous pouvez vous en sortir seul ».

Si c’est ce que vous pensez, je vous propose de relire l’article publié sur ce blog et intitulé : « Êtes-vous prêt à utiliser la technique ancestrale des chats pour obtenir de la vie ce que vous désirez ? »

Si vous parvenez à résoudre en profondeur vos problèmes tout seul, combien de temps cela vous aura-t-il pris ?

Mais surtout, allez-vous y arriver ?

Il y a des choses dans la vie que l’on refuse de voir, et pourtant cela nous ferait le plus grand bien. Le seul et unique moyen d’y parvenir, c’est de payer quelqu’un pour vous attraper par les cheveux et vous trainer jusqu’à ce que vous ayez la tête dedans !

Croyance n° 4 : « Il n’y a que les fous qui vont chez le psy ».

C’est faux. La preuve, eh eh.

Blague mise à part, si vous entamez cette démarche, c’est que vous avez déjà un certain recul sur vous-même. Les plus fous sont ceux qui n’en ont aucun …

Croyance n° 5 : « C’est vrai que vous avez besoin de parler mais pas à un psy, car vous avez vos parents, vos amis, votre chien ».

C’est encore faux.

Un psy est quelqu’un avec qui vous n’êtes pas intime, qui est payé pour entendre les détails les plus sordides de votre intimité justement.

Il y a des choses que vous ne pouvez pas dire à vos proches. Justement parce que ce sont vos proches. Et ne comptez pas sur tous les autres, le reste du monde qui n’est pas intime avec vous, pour écouter ce que vous avez à dire.

Et il y a parfois des choses tellement dures à entendre que seule une personne qui se fait payer pour cela est en mesure de l’assumer et de vous être utile.

Quand à votre chien, c’est à vous d’écouter ses lamentations, pas l’inverse.

Croyance n° 6 : « Le tarif d’un psy est trop cher »

Trop cher par rapport à quoi ?

Une voiture de sport ? Un bon restaurant ? Une Playstation ? Une belle paire de chaussure ?

L’argent que vous donnez au psy est un investissement. Un investissement en vous. Et les changements dans votre vie que le psy va vous aider à mettre en place n’ont pas de prix !

Payer un psy, ce n’est pas perdre de l’argent, c’est réaliser le meilleur investissement financier possible : un investissement dont le rendement est infini !

Et pour ceux qui ont déjà du mal à remplir leur frigo, il y a toujours moyen d’accéder à des soins à moindre frais (voire gratuits ?) via des centres sociaux par exemple.

Croyance n° 7 : « Vous avez essayé mais cela n’a pas marché »

La psychanalyse, ça fonctionne.

Par contre il se peut que vous n’ayez pas joué le jeu en séances, et on va en parler ci-dessous.

Il se peut aussi que vous ne soyez pas tombé sur le bon psy.

En psychanalyse comme partout, il y a différents courants, différentes écoles, et que des êtres humains différents.

Moi j’en ai essayé 3 avant de tomber sur le 4eme, le bon.

Et vous, avez-vous vraiment cherché ?

Comment réussir à coup sûr votre séance chez le psy …

La psychanalyse est basée sur la libre association d’idée, un peu comme la créativité d’ailleurs.

L’idée est de vous laisser vous-même parler librement, sans juger vos idées, en les laissant s’associer et se dissocier toutes seules.

La réussite de votre séance se base la dessus, et c’est vous qui en portez la responsabilité.

Le psy n’est qu’un guide, qui est là pour vous orienter. Mais comme le dit Morphéus à Néo dans Matrix : “I can only show you the door. You’re the one that has to walk through it” (“Je ne peux que te montrer la porte. C’est à toi qu’il appartient de la franchir. »)

Cependant ne pas juger ses idées, c’est très dur. Et la difficulté vient d’un point insoupçonné : il est impossible de se laisser aller à la libre association d’idées sur un thème donné, si vous êtes dans le jugement sur un autre.

Je m’explique.

Imaginez que vous soyez en train de parler de vos difficultés au travail, et que bizarrement la pensée que vous avez oublié de préparer le repas pour ce soir vous traverse l’esprit. Cela vous perturbe, car vous savez que votre conjoint va rentrer tard, et qu’il faut encore s’occuper des enfants, bref cela met à mal l’organisation du ménage.

Et bien espérer être dans la libre association d’idées à propos de votre travail tout en étant dans la retenue concernant ce problème de repas est tout simplement impossible !

Nous en venons ici à mon secret pour réussir à coup sûr votre séance chez le psy :

A partir du moment où vous avez franchi le seuil du cabinet du psy, lancez-vous le défi de dire tout, tout ce qui vous passe par la tête.

Alors interrompre votre discussion au sujet de votre travail pour expliquer que vous avez oublié de préparer le repas, cela n’est pas bien compliqué.

Maintenant imaginez que la pensée qui vous traverse l’esprit en pleine séance n’est pas que vous avez oublié de préparer le repas, mais que votre psy est moche …

C’est une autre paire de manche là.

Parce qu’à part si vous êtes un impertinent fini qui n’a aucun problème à insulter gratuitement les gens sans raison, interrompre une conversation pour dire à votre interlocuteur qu’il est moche n’est pas chose aisée …

Et bien faites-le.

FAITES-LE !

Je l’ai fait !

Au-delà du cout de votre séance, c’est à ce prix que vous réussirez votre travail chez votre psy.

Car si vous êtes capable de vous autoriser à dire l’ineffable à un moment de votre séance, vous le serez à un autre, et notamment en ce qui concerne les bas fonds de votre inconscient.

Et là, vous avez tout gagné.

Voilà, vous avez le mode d’emploi.

A ce stade la vraie question n’est plus : « est-ce que la psychanalyse fonctionne ? » mais : « aurez-vous le courage de faire qu’elle fonctionne pour vous ? »

Bon courage …

LEAVE A REPLY